Suaalii la pépite que le XIII et le XV s’arrachent

Treizistes et quinzistes se disputaient les faveurs de Jospeh Suaalii, un jeune arrière surdoué âgé seulement de 17 ans.

En Australie, alors que tout le monde, du rugby à XIII au rugby à XV souffre des conséquences de la crise du Covid-19, on vient d’assister à une bataille incroyable. Elle concernait l’avenir d’un joueur, l’arrière Joseph Suaalii qui n’a pas encore 17 ans (il les aura le 1er août prochain) et dont le talent si prometteur l’autorisait à occuper les gros titres du sport australien ces dernières semaines et à posséder, déjà, sa propre vidéo de highlights sur la plateforme youtube résumant ses exploits lorsqu’il évoluait dans les catégories de jeunes des South Sydney Rabbitohs. Il est actuellement en classe de première au prestigieux King’s College de Sydney (qui a formé quatre capitaines des Wallabies), passera son bac l’année prochaine et affole déjà les recruteurs australiens. Il faut dire qu’à quatorze ans, ce phénomène jouait déjà en équipe première du collège, aux côtés de joueurs deux ou trois ans plus âgés que lui. Depuis, il n’a fait que confirmer l’insolence de son talent.

2 millions d’euros pour signer à XIII

Le club treiziste des South Sydney Rabbitohs a finalement raflé la mise avec un contrat de trois ans d’une valeur de trois millions de dollars australiens (soit 2 millions d’euros). Tout ceci au grand dam de Rugby Australia, la fédération australienne à XV qui aurait bien voulu garder cet espoir dans ses rangs et lui offrir une place en Super Rugby mais qui n’en avait pas les moyens. Dave Rennie, le nouvel entraîneur des Wallabies, lors de son premier voyage de découverte, en janvier dernier, avait même pris la peine de rencontrer le joueur et ses parents et Rugby Australia aura bien tenté de saisir la balle au bond en mettant son meilleur atout dans les négociations, à savoir l’opportunité d’une place aux jeux Olympiques de 2021 dans la sélection à sept (s’ils ont lieu).

Mais dans un contexte financier de crise, la seule offre Rugby Australia pour attirer le jeune prodige, reposait sur la prise en charge du contrat de ce dernier par de riches bienfaiteurs prendraient et ne représentait que 15 % de la proposition treiziste. Rob Clarke, le directeur général intérimaire de RA, avait tenu, en début de semaine, à tempérer le climat bouillant autour du joueur : « Les montants mentionnés dans les médias sont totalement farfelus et sont lancés par des individus qui ont intérêt à faire monter les enchères et fausser les valeurs contractuelles. »

La polémique battait donc son plein et Fox Sport, une télévision australienne, avançait que la NRL était prête à changer ses règles spécialement pour Joseph Suaalii afin de lui permettre de jouer en NRL avant l’âge de 18 ans. Des messages confirmés par Peter Vlandys, patron de la NRL et qui devraient permettre à Suaalii d’évoluer dès la saison prochaine en NRL. Les mêmes médias expliquaient aussi que l’acteur Russell Crowe, propriétaire du club des Rabbitohs, était monté au créneau pour convaincre le jeune Suaalii de signer avec son club. Une franchise majeure dont ce dernier a porté les couleurs dans les équipes de jeunes, tout en pratiquant le quinze au niveau scolaire.

Depuis plusieurs semaines, les débats fleurissent dans les médias pour savoir s’il est bon de faire débuter un joueur aussi jeune dans une compétition aussi exigeante physiquement. Chacun y va de son avis. Le quotidien The Australian a rappelé l’histoire du prodige le plus cher de l’histoire du XIII : en 2007, les Cronulla Sharks signaient le jeune Karl Filiga, là encore un génie du jeu pour 366 000 € sur trois ans (une fortune à l’époque). Filiga fit ses débuts avec les Sharks en 2008 pour jouer un total de 11 minutes. Les Sharks le libérèrent de son contrat en 2009. Le joueur passa quelques années dans des clubs de seconde zone pour finir en 2017 dans une compétition régionale. Bilan : 12 000 € par minute jouée et une carrière détruite pour un jeune qui n’était pas encore prêt pour le très haut niveau. Espérons que Joseph Suaalii saura se protéger et garder la tête sur les épaules.

Source : Rugbyrama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *